Samedi 14 mai 2022

0km.

Shkodër.

Je rencontre plein de gens Ă  l’auberge. Didgeridoo. Parle avec Alicia, qui est s’est faite dĂ©signeuse d’intĂ©rieur. Aujourd’hui elle vagabonde de pays en pays, apprenant de partout oĂą elle met les pieds, participant Ă  des ateliers, des confĂ©rences, autour du design, et elle rĂ©ussit aujourd’hui Ă  vivre de ce mĂ©tier. Les contrats viennent aujourd’hui Ă  elle. Je la questionne Ă  propos du salon dans lequel on se trouve, et elle m’explique ce qu’elle changerait. Quel beau mĂ©tier que de connaĂ®tre la science du visuel, de la psychologie humaine, de l’accord des formes, des textures, des couleurs, et de travailler sur l’art de crĂ©er un intĂ©rieur oĂą l’humain se sent bien. Je note qu’il faudra que je fasse appelle Ă  elle pour mon futur logement stable, faut de pouvoir dĂ©corer convenablement une tente. Elle a aussi appris Ă  maĂ®triser les rĂ©seaux sociaux pour se faire de la publicitĂ©, et gère adroitement son image, ses posts, ses stories, et en fait quelque chose de très beau, Ă  la pointe de l’utilisation intelligente et crĂ©ative des rĂ©seaux sociaux. Je lui dis que j’ai moi-mĂŞme beaucoup de peine Ă  entretenir mon profil Instagram que j’ai crĂ©Ă© pour ce voyage, et elle m’explique qu’il vaut mieux rester simple; mon contenu principal, celui sur lequel je passe beaucoup de temps, est le journal, il suffit donc simplement que je poste une ou deux photos et que je redirige vers mon journal pour ceux qui veulent plus de contenu, au lieu d’essayer de tout gĂ©rer Ă  la fois. InspirĂ©, je vais au cafĂ© et fais exactement cela, puis prends du temps pour Ă©crire Ă©galement un peu. Promenade dans ShkodĂ«r et quelques photos.

wp-1653495405089
wp-16534954047402007151236360047390
wp-16534954043797620601179781960277
wp-16534954033834542712657547130234
wp-16534954029224004904888100126544
wp-16534954036995906617820325269927
wp-1653495404043729859974580402076
previous arrow
next arrow
wp-1653495405089
wp-16534954047402007151236360047390
wp-16534954043797620601179781960277
wp-16534954033834542712657547130234
wp-16534954029224004904888100126544
wp-16534954036995906617820325269927
wp-1653495404043729859974580402076
previous arrow
next arrow

Je visite ensuite le musĂ©e Marubi, relatant l’histoire des pères et des fils Marubi, leur technique de photo, l’Ă©volution de celles-ci. Très intĂ©ressant. Pietro Marubi est le fameux photographe albanais qui a vĂ©cu dans la maison de Mi case es tu casa.

Le soir au bar, pendant que j’apprends une progression d’accords Ă  la guitare avec Martin, un AmĂ©ricain, des Ă©tudiants Italiens amis d’un des volontaire dĂ©barquent. Ils parlent d’une fĂŞte secrète Ă  laquelle ils vont plus tard, et dont la localisation vient d’ĂŞtre dĂ©voilĂ©e dans un groupe privĂ©. Ils ne savent mĂŞme pas quel type de musique s’y jouera, simplement que ça se passe au milieu de la forĂŞt, Ă  l’extĂ©rieur de la ville derrière la rivière. Je vais y aller avec eux, accompagnĂ© de Tommy et Nataly. On rĂ©ussit Ă  convaincre mon ami barman au dernier moment, et on s’en va les quatre Ă  la recherche d’un taxi, avant de rapidement comprendre que ce sera très difficile dans cette ville. Un type nous propose de faire le taxi pour nous, on se fait complètement avoir au niveau du prix, mais on arrive Ă  la forĂŞt, et après avoir marchĂ© encore un petit quart d’heure, on aperçoit des jeux de lumières et on entend une musique techno grandissante au fur et Ă  mesure que l’on s’approche. On observe avec curiositĂ© un phĂ©nomène que le barman m’avait expliquĂ© hier soir: en Albanie, les hommes ne dansent pas, car ils considèrent cela comme une faiblesse, comme un acte dĂ©masculinisant. Ce sont les femmes qui bougent leur corps au centre de la scène, et eux sont en groupe, accoudĂ©s Ă  des tables en retrait, Ă  dĂ©montrer leur virilitĂ© par des positions de corps certes plutĂ´t masculins, mais immobiles. Nous, on n’hĂ©site pas Ă  danser jusqu’Ă  se dĂ©partir de toute la masculinitĂ© que l’on a en nous. Les Italiens arrivent peu après, on leur demande comment ils sont arrivĂ©s jusqu’ici sans taxi, et ils nous rĂ©pondent qu’ils ont trouvĂ© une ambulance qui les a amenĂ©s Ă  la fĂŞte. On reste jusqu’Ă  tard puis on rentre Ă  pied, le long de la Buna, ce qui nous prend une heure.

Ă€ la sortie de la fĂŞte.

Page Instagram d’Alicia: https://instagram.com/aisalisa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Google Translate »