Jeudi 31 mars 2022

34km, 2h06.

Portegrandi, Jesolo, Eraclea.

Il a plu toute la nuit et lorsque je me rĂ©veille, j’entends encore la pluie s’abattre doucement sur la toile de la tente, un son si agrĂ©able duquel je ne me laisserai jamais. L’eau crĂ©pite et je baigne dans un Ă©tat hypnopompique entre diffĂ©rents Ă©tats de conscience.

Je peux difficilement plier mes affaires sous ce temps, j’attends donc confortablement dans mon sac de couchage. Je lis, j’Ă©cris, je mange, je songe. Vers 13h, la pluie commence Ă  se calmer, puis s’arrĂŞte. Je dĂ©cide de partir et plie la tente. Je roule, quelques rayons de soleils arrivent Ă  s’Ă©chapper de l’Ă©paisse couverture de nuages. Ă€ Portegrandi, je rencontre Antonella, une cyclotouriste arrĂŞtĂ©e près de son vĂ©lo qui donne Ă  manger Ă  sa chienne, qui voyage avec elle. Elle est partie depuis Milano il y a une dizaine de jours, a rejoint la SlovĂ©nie et fait maintenant Le chemin du retour. On discute un peu, puis la pluie coupe notre discussion et on continue nos chemins. J’ai rapidement sorti ma panoplie de pluie – que je vais dorĂ©navant appeler ma panopluie -, de quoi, je le crois initialement en tout cas, braver toutes les eaux de Jupiter. BientĂ´t, la pluie redouble de force. Une longue route droite de presque dix kilomètres longe la lagune nord de Venise. Je n’y croise personne. En bord de route, les roseaux se succèdent aux rangĂ©es d’arbres, puis Ă  une vue inouĂŻe sur les Ă®les de Venise, qu’on aperçoit au loin. La faune est riche, je perçois plein d’espèces d’oiseaux. Puis il y a une zone remplie de flamands roses. Ils viennent ici Ă  la fin de l’hiver, certains habitent mĂŞme ici tout au long de l’annĂ©e. Depuis la route, la lagune se dĂ©couvre, large sous le ciel grisâtre, et les flamands roses s’y dĂ©placent lentement par centaines. Pour eux, c’est comme s’il n’y avait pas de pluie. Pendant que je roule, j’en vois des qui volent Ă  la mĂŞme vitesse que moi, leur long cou tombant et le bec levĂ©, semblant plâner avant de retomber gracieusement sur l’eau. J’essaie de prendre une photo mais impossible sous la pluie. Après cette longue route, le chemin bifurque sur la droite et je suis un terrain jonchĂ© de flaques. Je dois avancer lentement, et malgrĂ© ça de l’eau pĂ©nètre dans mes chaussures, et mes mains sous les gants sont trempĂ©es. MalgrĂ© la situation misĂ©rable, je suis plutĂ´t heureux, car j’ai atteints une sorte de stade oĂą j’ai abandonnĂ©, acceptĂ© que je serai mouillĂ© quoi qu’il en soit Ă  ce stade. Ă€ Jesolo, je mange dans un cafĂ© et cherche un hĂ´tel. Je refais le coup de la demande direct pour la rĂ©duction, qui fonctionne Ă  chaque fois. Je me dirige vers Eraclea et suis accueilli chaleureusement par la famille du B&B. Une fois dans la chambre, je me douche, mets mes affaires Ă  sĂ©cher, et fais le point après cette première expĂ©rience sous la pluie: l’emballage de mon sac de couchage n’est pas Ă©tanche, mes gants non plus et ils prennent bien l’eau, mes chaussures Goretex fonctionnent bien, mais il faut absolument que je mette les guĂŞtres impermĂ©ables la prochaine fois. Rien Ă  redire sur les quatre sacoches latĂ©rales, mais mon sac de guidon n’est impermĂ©able que dans sa partie principale et non dans les petites poches de cĂ´tĂ©, et tous mes billets sont trempĂ©s. Je prends Ă  l’emporter dans un restaurant du coin et me repose dans ma chambre.

Une réponse sur « Jeudi 31 mars 2022 »

Sounds like an Irish day…here it’s been snowing since early and will stop tomorrow night .No one can believe it Have a great weekend Looking forward to hearing all about it…..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Google Translate »