Mardi 31 mai 2022

85km, 5h33.

Byllis, Gjirokastër.

Ă€ mon rĂ©veil, je descends au salon et le trouve vide. Le tĂ©lĂ©viseur est allumĂ© sur une chaĂ®ne de nouvelles qui discute de politique, mais je l’ignore et m’approche de la fenĂŞtre pour pencher mon visage au dehors et aperçois le jardin illuminĂ© d’un brillant soleil et Cristina et Hajder qui y sont occupĂ©s, dos courbĂ©s Ă  dĂ©raciner des herbes et dĂ©placer des seaux. Je sors les rejoindre, courbant ma route autour des poules et des poussins qui courent dans tous les sens. Ils me font visiter le jardin plein de fiertĂ©, me faisant goĂ»ter les diffĂ©rents fruits des arbres. On dĂ©terre quelques patates Ă  manger pour le petit-dĂ©jeuner.

Patates.
P’tites patates.

Hajder cueille ensuite un concombre en le tournant sur lui-mĂŞme jusqu’Ă  ce que sa tige se casse, puis me le tend pour que je croque dedans. Je savoure ce petit concombre on-ne-peut-plus-frais en revenant du jardin quand vlan que je me ramasse une partie de la structure mĂ©tallique rouillĂ©e qui aide Ă  soutenir les vignes sur le crâne. Choc, Ă©cho crânien de la collision. Je passe ma main sous mes cheveux et dĂ©couvre un peu de sang. Pendant que je suis occupĂ© Ă  tenter d’Ă©laborer un plan de secours au cas oĂą c’est grave, Hajder m’emmène gaiement dans la maison, m’assied sur une chaise, et alors que je suis encore sonnĂ© je dĂ©couvre une bouteille de raki maison juste devant moi, Ă  la hauteur de mes yeux, puis il en dĂ©verse sur mon crâne, tamponnant la blessure. L’alcool se dĂ©verse sur ma tĂŞte, coule sur mon visage, et l’odeur de raki envahit mes narines. On rĂ©pète l’opĂ©ration trois fois. On mange ensuite le petit-dĂ©jeuner.

Petit-déjeuner.

Avant de partir, ils me donnent un sac rempli de fromage, d’Ĺ“uf, d’huile d’olive, d’olives, d’origan, de pain. Tout est fait maison, et j’en ai assez pour plusieurs repas. Je les remercie vivement et reprends la route. Quelle gĂ©nĂ©rositĂ©.

Je passe au site archĂ©ologique de Byllis et le visite. Personne d’autre sous cette chaleur. Sur une colline avec une incroyable vue Ă  trois cents soixante degrĂ©s. J’apprĂ©cie les petits dĂ©tails ornementaux sur toutes les ruines.

wp-16545917730072291487311423608295
wp-16545918446431648186444456071342
wp-16545918442458086346167149074653
wp-16545918439125497902207888522757
wp-16545918434797672032518380998943
wp-16545918436932829254908485279790
wp-16545918432733577552142057984851
wp-16545918427013552084637196591640
wp-16545918422551946981012681712551
wp-16545918424835707504367415055023
wp-16545918420296257281515060038470
wp-16545917731638026144636773992571
previous arrow
next arrow
wp-16545917730072291487311423608295
wp-16545918446431648186444456071342
wp-16545918442458086346167149074653
wp-16545918439125497902207888522757
wp-16545918434797672032518380998943
wp-16545918436932829254908485279790
wp-16545918432733577552142057984851
wp-16545918427013552084637196591640
wp-16545918422551946981012681712551
wp-16545918424835707504367415055023
wp-16545918420296257281515060038470
wp-16545917731638026144636773992571
previous arrow
next arrow

Je partage ensuite mes fraises avec deux gars qui sont assis Ă  la table. Aujourd’hui j’ai commencĂ© Ă  utiliser mon cache-cou comme bandeau sur le front pour empĂŞcher le transpiration de tomber sur mon visage et dans mes yeux. Très pratique !

Ça change le style.

Belle route jusqu’Ă  GjirokastĂ«r dans la vallĂ©e Drino.

Dans la vallée Drino.
Une vache égarée.

En arrivant dans Ă  GjirokastĂ«r, je trouve du Wifi, dĂ©couvre qu’Ariane est aussi ici, et me dirige vers son auberge de jeunesse pour voir s’ils ont encore un lit. Positif, dans une autre chambre. Je me douche puis attends qu’elle revienne de sa ballade. Je suis trop content de la revoir ! On va manger avec « Jayjay », un AmĂ©ricain qui ne veut pas nous dĂ©voiler son vrai prĂ©nom. Jeu de devinette tout le sĂ©jour. Trois introvertis Ă  table chez Mapo pour manger de la nourriture traditionnelle. Leur moussaka n’est malheureusement pas vĂ©gĂ©tarienne, je me rabats sur des lĂ©gumes farcis. Super bon, mais portions un peu trop modestes. Le soir, on joue Ă  Cards Against Humanity sur La terrasse de l’auberge tous ensemble. Au dĂ©part, je ne veux pas jouer Ă  ce jeu car il me dĂ©goute parfois, et je finis par gagner haut la main, un peu honteux mais fier quand mĂŞme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Google Translate »