Mercredi 25 mai 2022

0km.

PĂ«llumbas.

L’après-midi, je vais au cafĂ© du village pour travailler et Ă©crire sans ĂŞtre dĂ©rangĂ©. J’appelle Papa pour lui souhaiter joyeux anniversaire. En fin d’après-midi, je vais visiter la mosquĂ©e du village avec Sergey. On parle de son projet. On dĂ©couvre avec amusement qu’on a en fait fait des Ă©tudes très similaires. Je retourne au cafĂ©, y mange, puis je vais dormir Ă  la belle Ă©toile, vers vingt-deux heures, avant mĂŞme. Pour la première fois depuis très très longtemps, je vais me coucher et m’endormir si tĂ´t, avec volontĂ©. J’en ai envie car je me rĂ©jouis non seulement de l’expĂ©rience d’ĂŞtre couchĂ© dans le jardin avant de dormir, mais aussi de me reposer pour me rĂ©veiller demain et ĂŞtre prĂŞt pour la nouvelle journĂ©e tĂ´t. D’habitude, j’ai envie de rester Ă©veillĂ© le plus longtemps possible et vaquer Ă  mes occupations, mes intĂ©rĂŞts ou simplement mes pensĂ©es avec une sorte d’apprĂ©hension sur le fait qu’il faille dormir et faire cette pause quotidienne durant laquelle on n’a plus conscience. LĂ , je m’endors tĂ´t pour moi, mon corps, ma santĂ©, excitĂ© de me rĂ©veiller demain. C’est donc inĂ©dit pour moi de vouloir aller me coucher par-dessus tout autre chose. MĂŞme lire avant de dormir me paraĂ®t moins important que d’aller au repos.

Le puits du jardin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Google Translate »