Dimanche 8 mai 2022

63km, 3h48.

Herceg Novi, Kotor.

Petit-dĂ©jeuner avec Antonela, elle me fait goĂ»ter les Oat Pops de Lidl. On sort ensuite dans le jardin, sous le soleil brillant de ce dimanche de messe auquel s’en va d’ailleurs bientĂ´t toute la famille, et elle me montre les diffĂ©rentes parties de la maison, notamment le seul mur qui n’a pas brĂ»lĂ© et la suite d’Ă©lĂ©ments successifs de la reconstruction, ainsi que les montagnes pas très loin, derrière lesquelles se trouvent le MontĂ©nĂ©gro. Ils habitent tout près de la frontière mais ne la traversent jamais, me rappelant que c’est le mĂŞme pays qui les a attaquĂ©s il n’y a pas si longtemps. Mais tout ça, c’est passĂ©, me dit-elle. Elle ferme les yeux en inspirant un grand coup d’air et me dit qu’elle aime vivre ici, que c’est paisible et calme. Ils ont trois tortues dans le jardin qui se cachent dans les buissons qui jouxtent un grand tilleul. « À la fin de la guerre, mon père est revenu des montagnes et Ă  ramenĂ© l’arbuste qui fait aujourd’hui cet arbre. Je me souviens encore quand il Ă©tait petit comme ça », me raconte-t-elle en agitent les mains près de ses genoux. Maintenant, chaque annĂ©e, ils rĂ©coltent ses feuilles pour en faire des tisanes. Ă€ ce moment, les cloches de l’Ă©glise commencent Ă  sonner au loin, brisant le paisible son de l’air et des chants d’oiseaux. Antonella sourit et me dit qu’elle adore entendre les cloches. Elle doit se presser de rejoindre ses parents Ă  la messe, je range mes affaires et la remercie vivement. Ils m’ont donnĂ© leur adresse pour que je leur Ă©crive lorsque j’arriverai en Inde.

J’approche la pointe Ă  l’extrĂŞme-sud de la Croatie. Le paysage semble de plus en plus calme et comme dĂ©tendu, et j’observe qu’il y a de plus en plus de cyprès par ici, alors que je n’en voyais presque jamais avant. Une petite montagne sĂ©pare les pays, et la frontière par laquelle je passe se situe juste Ă  cĂ´tĂ© de la mer.

Route qui mène au Monténégro.
Des cyprès font leur apparition dans la flore locale.
Point de contrĂ´le Ă  la sortie de la Croatie.
Arrivée au Monténégro.

Quelques minutes après, mon frein avant se casse. J’essaie de le rĂ©parer au bord de la route mais n’y arrive pas. Je continue de rouler en entrant dans la baie de Kotor. Alors que je m’arrĂŞte Ă  un cafĂ©, un autre cyclotouriste m’apostrophe par derrière; c’est Oliver, un Suisse de Zurich qui va en Iran. Je sens tout de suite que je vais bien m’entendre avec lui et l’invite Ă  s’asseoir avec moi. Habituel enchaĂ®nement de discussions sur nos vĂ©los, notre matĂ©riel, comparaisons, astuces, super super, on s’entend bien et on dĂ©cide de rouler ensemble jusqu’Ă  Kotor. EntrĂ©e dans la baie papillonoĂŻde, explosion du sens visuel qui est totalement ravi. La baie a une certaine rĂ©putation pour sa beautĂ©, je n’en suis pas déçu. Un ferry permet de tricher et court-circuiter le papillon par son abdomen, Ă©courtant les trente kilomètres nĂ©cessaire pour atteindre Kotor si l’on suit le contour de la silhouette de la bestiole. Mais on est des vrais, on va faire le tour. En pĂ©dalant cĂ´te Ă  cĂ´te, on remarque un autre cyclotouriste qui a des tout petits sacs, on rigole de ce novice qui doit sĂ»rement se faire un petit un-ou-deux jours de voyage autour de la baie, un petit rien du tout comparĂ© Ă  nous qui nous rendons en Asie, quoi. On l’interpelle et en fait non, c’est un jeune Allemand qui va Ă  Istanbul avec un arrangement super lĂ©ger. Tout son matĂ©riel est hyper-minimaliste et il a seulement neuf kilos de bagages, sacs compris. Impressionnant. On continue, puis on croise Sophie et Heinz, un couple de Belges qui font la cĂ´te depuis la Grèce. Heinz nous montre son dog-shower, un petit embout en silicone qui s’attache Ă  une bouteille en plastique et qui sert Ă  arroser les chiens d’eau en Ă©tĂ©, mais qu’il a recyclĂ© en moyen de douche portative. Excellent. On cause un peu puis on se laisse vu qu’on va dans des directions opposĂ©es.

Oliver, Heinz, moi, Sophie.

On fonce ensuite le long de la baie, paysage grandiose, on se sent tout petit lĂ -dedans. La baie est aussi plus grande qu’elle n’en a l’air, Ă  la fois sur la carte et lorsqu’on la regarde depuis n’importe quel point depuis un de ses cĂ´tĂ©s. Tous les petits villages semblent dignes de s’y arrĂŞter.

wp-1652881439388
wp-1652881439292
wp-1652881213466
wp-1652880380045
wp-16528803804798692583158703985073
wp-16528803801345352658028765588714
wp-16528803814342784476375684130113
R0001290
previous arrow
next arrow
wp-1652881439388
wp-1652881439292
wp-1652881213466
wp-1652880380045
wp-16528803804798692583158703985073
wp-16528803801345352658028765588714
wp-16528803814342784476375684130113
R0001290
previous arrow
next arrow

Arrivé enfin à Kotor, on cherche une auberge de jeunesse et allons au Centrum Hostel. Souper à Teraća dans un joli décor près de la rivière qui fait le tour de la ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Google Translate »