Mercredi 4 mai 2022

0km.

KorÄŤula.

Je me suis rĂ©veillĂ© des dizaines de fois durant la nuit. J’ai rĂŞvĂ© plusieurs fois que je coulais au fond d’une piscine, je voyais le ciel par-delĂ  l’eau au-dessus de moi pendant que je tombais, et Ă  court d’Ă©nergie, je j’avais pas la force de remonter. L’air me manquait, j’asphyxiais, sensation de terreur car noyade prochaine, je voulais lever la main mais mon corps ne rĂ©pondait plus, puis rĂ©veil court avant de me rendormir, micro-rĂ©veil durant lequel je remarquais promptement que mon nez et mes bronches Ă©taient bouchĂ©s avant de retomber dans le sommeil et refaire le mĂŞme cauchemar. L’horreur.

La nuit Ă©coulĂ©e et moi rĂ©veillĂ© après une mauvaise nuit de sommeil, je fais tranquille aujourd’hui. Petite promenade dans KorÄŤula, petit village cĂ´tier sur l’Ă®le Ă©ponyme d’oĂą est parti Marco Polo pour ses expĂ©ditions au XIVème siècle. Arrière-plan historique attractif donc; du potentiel touristique. La veille ville est petite, construite en « filet de hareng », c’est Ă  dire un mur extĂ©rieur Ă  peu près circulaire aux cĂ´tĂ©s duquel on peut se promener, et duquel, tout autour, plus d’une dizaine de petites ruelles s’enfoncent vers le centre en montant lĂ©gèrement, pour toutes arriver sur une place, au sommet de la petite colline oĂą est construite l’Ă©glise du village. Disposition qui coupe gĂ©nĂ©reusement le vent tout en permettent un dĂ©placement piĂ©ton très libre. Un port et une plage de caillous jouxtent la ville, qui s’est considĂ©rablement Ă©largie en dehors des murs, plus rĂ©cemment pour des raisons de tourisme. Sur ce dernier point, les locaux ont le souhait de se dĂ©velopper dans les prochaines annĂ©es vers un tourisme un peu plus haut de gamme, et on peut observer la construction d’hĂ´tels le long de la route ainsi que des rĂ©novations ou l’ouverture de restaurants un peu plus luxueux.

wp-16521115974801176869062216601282
wp-1652111598207
wp-16521115969891564493034944947772
wp-16521115986538938987333151872596
wp-16521115983145169466276439129183
wp-1652111598278
wp-16521115978931297078819637899145
wp-1652111598242
wp-1652111599348
wp-16521115998031976497691539545790
wp-16521115990084052786995500272345
wp-16521115994297767134836469021151
previous arrow
next arrow
wp-16521115974801176869062216601282
wp-1652111598207
wp-16521115969891564493034944947772
wp-16521115986538938987333151872596
wp-16521115983145169466276439129183
wp-1652111598278
wp-16521115978931297078819637899145
wp-1652111598242
wp-1652111599348
wp-16521115998031976497691539545790
wp-16521115990084052786995500272345
wp-16521115994297767134836469021151
previous arrow
next arrow

Je visite quelques-unes des petites galleries d’arts, cherche un bracelet infructueusement, mange une salade grecque qui est accompagnĂ© d’un croustillant pain Ă  l’ail. L’après-midi, je me rends Ă  la librairie Kutak Knijiga, ouvert il y a presque huit ans par Joseph, un retraitĂ© français qui voulait « s’occuper intelligemment ». Il me prĂ©sente l’unique salle couverte d’Ă©tagères pleines de livres en dix langues diffĂ©rentes, jusqu’Ă  quelques bouquins en chinois. Le rayon francophone contient un trĂ©sor d’Ă©crits collectĂ©s par Joseph, des rĂ©cits de voyage, histoires et romans des Balkans, petites dĂ©couvertes croates ou mĂŞme locales, et il me les prĂ©sente avec passion. J’ai envie de tout acheter, mais j’ai la forte contrainte de mon mode de voyage qui m’arrĂŞte facilement, et je prends juste le premier tome de l’autobiographie d’Elias Canetti, que j’ai enfin entre les mains.

La langue sauvée.

Le soir, je cuisine dans la chambre, entame le Canetti et me couche plutĂ´t tĂ´t.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Google Translate »