Samedi 23 avril 2022

28km, 2h39.

Parc National Krka, Brištane.

Le matin, je dois m’occuper d’une arnaque de Booking.com. Hier, dans la prĂ©cipitation du mal que je ressentais, j’ai rĂ©servĂ© un appartement par leur site directement. La nuitĂ©e Ă©tait donnĂ©e Ă  27€, soit 45€ au total moins 18€ « payĂ© par Booking ». J’ai bien vĂ©rifiĂ© avant de confirmer, car il m’avait semblĂ© qu’il s’Ă©tait passĂ© une magouille la dernière fois, et rebelote !! : je suis chargĂ© 45€ sur ma carte de crĂ©dit. J’ai contactĂ© leur service client, qui est Ă©videmment difficilement trouvable, et uniquement sur leur site, pas sur l’application mobile. On doit patienter une demi-heure pendant qu’ils essaient de nous faire abandonner parce qu’aucun agent n’est disponible. Je suis finalement mis en contact avec quelqu’un, et après une nouvelle demi-heure d’explications oĂą je dois me battre pour le dĂ©monter l’Ă©vident, ils me disent que je vais pouvoir faire un rĂ©clamation de « price match », alors que le price Ă  matcher est sur leur propre site, et cela uniquement après ĂŞtre parti de l’appartement, auquel il faut demander le reçu. Cela m’a rendu furieux, car c’est une arnaque claire de leur part, qu’ils essaient de dĂ©guiser en problème technique et qu’il est ensuite très difficile de demander le remboursement. Et en plus de cela, j’ai ensuite l’appartement qui m’a contactĂ© pour me demander pourquoi Booking leur demande les 18 euros. Ah ! Un vrai scandale, ils profitent bien de leur position de monopole. En tout cas, je n’ai plus aucun scrupule Ă  les outrepasser et de faire des rĂ©servations directement avec les propriĂ©taires. Bien Ă©nervĂ©, je me suis calmĂ© en me rendant compte que je vivais quand mĂŞme la meilleure alternative, le meilleur des mondes possibles entre les deux situations possibles:

  1. Un monde oĂą Booking existe et me permet d’avoir une vue rapide des hĂ´tels et logements Ă  proximitĂ©, mais avec un monopole qui crĂ©Ă© de telles situations de temps en temps, sentiments d’injustices, temps perdu Ă  se battre.
  2. Un monde sans Booking, et donc sans leurs tentatives d’arnaque, mais oĂą je dois faire un effort multipliĂ© pour trouver un logement et comparer les offres. Faut de trouver les meilleures offres, je dĂ©penserais très sĂ»rement beaucoup plus dans ce cas.

Ce raisonnement assume Ă©videmment que Booking (ou tout autre entreprise ayant attend leur place de monopole) ne peut exister qu’en Ă©tant vil, mais ce prĂ©misce me semble correcte dans un âge de capitalisme nĂ©oliberal tel que nous le vivons. Au final donc, de manière gĂ©nĂ©rale, je vis dans le meilleur des mondes et j’en suis infiniment rĂ©jouis.

Niveau symptômes, le matin je ressentais une toute petite inflammation à la tête, mais ensuite, toute la journée, plus rien ! Journée magnifique donc, et dans la bonne humeur, car je suis bien reconnaissant pour les instants en bonne santé.

Je pars donc de Skradin après avoir visitĂ© son tout petit fort. Je longe le parc naturel jusqu’aux chutes Roški, qui se trouvent au milieu du parc.

Le plan du parc national Krka.

Avant d’y arriver, j’ai suivi un sentier rocheux qui m’a offert une vue imprenable sur les chutes.

Le mont Promina au fond.
La chute Roški est juste derrière les arbres…

Ă€ Roški slap, il faut payer 50 kunas pour accĂ©der Ă  la zone rĂ©servĂ©e du parc. Je monte d’abord jusqu’Ă  la grotte Ozidana Pećina par des longs escaliers qui donnent une vue en contre-plongĂ©e sur les petites cascades de Roški slap:

Toute la descente d’eau de Krka est le fruit de nombreuses formations morphologiques karstiques. L’eau riche en bicarbonate de calcium, lorsqu’elle rencontre un obstacle et s’Ă©clabousse, va se dissoudre, et des minuscules fragments de calcaires vont s’accrocher aux diffĂ©rents organismes biologiques, crĂ©ant ce qu’on appelle des travertins. Au fil du temps, ces travertins grandissent, se morphent, et finissent par former des obstacles de plus en plus grand pour donner les majestueuses scènes du parc d’aujourd’hui: chutes, cascades, rivières, grottes, etc. C’est donc un processus bio-dynamique vivant, qui se dĂ©veloppe encore aujourd’hui, bien que très lentement.

Je m’enfonce dans la grotte, qui fait soixante mètres de long. Des panneaux expliquent l’Ă©volution des cultures humaines ayant habitĂ© dans la rĂ©gion, comment ils se nourrissaient, qu’ils habitaient dans ces grottes avant de vivre plus largement d’agriculture, les outils et armes de l’âge de bronze retrouvĂ©s tout proche. Lorsque je suis tout au fond de la grotte, la lumière s’Ă©teind subitement, ce qui Ă©tait une expĂ©rience effrayante mais intĂ©ressante.

Je redescends ensuite pour voir la partie qui montre la chute. Anciens moulins, jacuzzis naturels créés par la force des chutes canalisées dans des récipients circulaires en bois, il y a un petit café et des tables de pique-nique. Pause pamplemousse.

Roški slap, face.
Roški slap, profil.
La vue opposée sur le lac.

Je reprends mon vélo et remonte aux abords du parc, me retrouvant maintenant du côté est.

Ça grimpe.
Vue sur le lac.

Il est ensuite l’heure de trouver un lieu oĂą camper. Je suis dans la village de Brištane lorsque trois vieux me saluent et me proposent de boire avec eux. Allez, pourquoi pas ! En voyage, dire oui est d’autant plus enrichissant que chez soi. Un d’eux parle l’allemand car il a habitĂ© en Suisse quelques annĂ©es. On se pose donc dans leur jardin et ils amènent une bouteille de raki et quatre verres Ă  shot. On communique tant bien que mal, l’alcool m’arrache la gorge mais je n’en prends qu’un tout petit peu pour rester plus ou moins sobre. Lorsque je vais repartir, celui qui parle allemand me dit de le suivre, et m’amène Ă  un demi-kilomètre, chez son neveux, qui tient un petit guesthouse et un restaurant, oĂą se termine actuellement un baptème familial. Il me dit que je peux planter ma tente dans le jardin sans souci.

Je le remercie, et dois d’abord aller admirer la vue sur l’Ă®le de Visovac, oĂą se trouve un monastère encore habitĂ© par des moines catholiques et abritant une collection historique d’objets religieux ainsi qu’une bibliothèque.

L’Ă®le de Visovac.
Visovac.
Krka.
Visovac.
Faut que j’appelle mon ami gĂ©orgien.

De retour au guesthouse, je m’installe donc, puis vais lui prĂ©venir que je vais allumer mon rĂ©chaud Ă  pĂ©trole. Pendant qu’il m’explique que je peux utiliser leur cuisine, il s’interrompt et m’annonce que je n’ai pas besoin de cuisiner car ils vont m’offrir des restes de leur repas. Quelques minutes plus tard, alors que la famille commence Ă  nettoyer les tables, je me retrouve devant une assiette composĂ©e de trois pièces de viande: de l’agneau, du veau et du poulet, ainsi que des patates cuites huileuses et une salade. Dubitatif, je tente de trouver un accord avec mes principes avant de commencer Ă  dĂ©vorer le plat qui n’est franchement pas mal.

Il m’offre ensuite des parts de gâteaux qui restaient et du cheesecake. Il me questionne Ă  propos de mon voyage, il m’envie et me dit qu’il Ă©tait de caractère aventureuse Ă  mon âge, avant d’avoir des enfants de manière semi-accidentelle et d’avoir dĂ» mettre de la stabilitĂ© dans sa vie. Il est fier de son business, le premier guesthouse de la rĂ©gion crĂ©Ă© avant mĂŞme que la rĂ©gion ne devienne plus touristique notamment suite Ă  l’injection rĂ©cente de fonds par l’Union europĂ©enne. Ils fĂŞtaient aujourd’hui un baptème catholique dans la famille et m’explique que « c’est ça qu’ils font par ici » en m’expliquant l’importance dans sa culture de ce rite de passage, auquel plus de cinquante membres de la famille Ă©taient prĂ©sents aujourd’hui. Une belle fĂŞte.

Après avoir aidĂ© Ă  nettoyer et dĂ©barrasser un peu, il me dit que sa femme et lui aimeraient m’offrir quelque chose en plus, et il me mène Ă  une des deux chambres du guesthouse en m’offrent les clĂ©s. Il est content de m’offrir la nuitĂ©e et je suis touchĂ© par sa gĂ©nĂ©rositĂ© qui ne fait que s’accumuler. Il s’excuse mĂŞme en blaguant de ne pas m’avoir averti avant que je monte la tente. Je dĂ©monte donc cette dernière et m’installe dans la chambre. Il insiste Ă©galement pour que m’offrir le petit-dĂ©jeuner demain matin.

Je ne peux donc que recommander le Country House Peace de Brištane, idéalement situé proche du parc national !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Google Translate »