Mardi 15 mars 2022

65km, 4h19

Bramois, Sierre, Salgesch, Varen, Leuk, Niedergesteln, Visp, Brig.

RĂ©veille Ă  10h. Par la fenĂŞtre, le monde est orangĂ©. On suppose que c’est le sable du Sahara, comme l’annĂ©e passĂ©e. C’est tellement Ă©trange comme phĂ©nomène. J’adore !

Hier soir, j’hĂ©sitais Ă  rester une journĂ©e de plus ici pour me reposer. Mais après cette longue nuit de sommeil dans un canapĂ© confortable, je dĂ©cide de m’en suivre au plan: Brig ce soir, et passage du col du Simplon mercredi. En plus, j’ai Ă©crit Ă  un membre de Warm Showers hier soir, sans trop d’espoir, mais la dame m’a rĂ©pondu, et m’offre une chambre Ă  Domodossola mercredi soir!

Hier, on a achetĂ© du « bacon vegan » pour voir ce que ça donne. On mange donc ça au petit-dĂ©jeuner, avec du pain et du cenovis. Je ne recommanderais pas… Je passe un peu de temps Ă  essayer de rĂ©parer la carte de mon site, qui ne fonctionne plus. J’avais pris tant de temps Ă  mettre ça en place, je suis déçu. Je me prĂ©pare ensuite dans le stress, car il est dĂ©jĂ  tard. Finalement, Ă  midi je m’en vais! Alexia m’a ravitaillĂ© en Farmer’s et j’ai de la bolognèse vĂ©gĂ©tarienne de hier soir. Parfait! Je passe par le petit billage de Bramois, fort charmant. L’air Ă  encore une teinte orangĂ©e, et en plus de cela, tout le paysage est plus saturĂ© grâce Ă  la pluie qui s’est abbatu ce matin. Les couleurs sont psychĂ©dĂ©liques, j’observe que les visages des gens que je croise ont l’air d’avoir une texture plus « rĂ©el » que d’habitude, Ă  cause de tous ces effets visuels. DrĂ´le!

Je ne ressens plus de fatigue en ce dĂ©but de journĂ©e. Je veux atteindre Brig ce soir et roule sans trop m’arrĂŞter. Les premiers jours de ce voyage Ă©taient un peu plus organisĂ©s sur les Ă©tapes (pour ma cousine Ă  Sion, Brig, et le col), et j’espère que ça le sera moins après le passage des Alpes.

Vers Sierre, la route cyclable me fait passer par un chemin qui monte beaucoup et surplombe la vallĂ©e, Ă  Leuk. La vue est très belle mais je me demande pourquoi ils nous font passer par lĂ , j’ai pris 1h30 pour ce qui semblait ĂŞtre sur la carte un trajet de 10 minutes.

Sur plus d’une dizaine de kilomètres, quand je fais une pause, un certain cycliste me dĂ©passe. Plus tard, c’est Ă  moi de le rattraper et le passer lorsqu’il s’arrĂŞte. Ce ballet se passe 5-6 fois dans les deux sens.

En m’approchant de Brig, il est dĂ©jĂ  18h et je cherche un endroit oĂą poser ma tente. Je ne trouve rien et je m’approche du centre-ville. Je ne peux pas aller plus loin car le col commence et il est trop tard. C’est la galère, je dĂ©cide d’aller au camping de Brig. Je n’ai pas envie de dĂ©penser de l’argent pour la nuitĂ©e, mais je commence Ă  ressentir de l’anxiĂ©tĂ© car il fera bientĂ´t sombre. Le camping est fermĂ©, je ne sais pas trop si j’ose planter ma tente quand mĂŞme. Je dĂ©cide que non en voyant un couple qui mange dans la salle Ă  manger au-dessus de la rĂ©ception du camping, alors qu’ils m’ont vu mais ne me disent rien. Je repars. Il y a quelques minutes, je n’aurais pas osĂ© faire cela, mais je vois un jardin clĂ´turĂ© et vais sonner Ă  la maison pour demander en allemand cassĂ© si je peux avoir une place pour ma tente. La dame me rĂ©pond tout de suite oui. Je suis reconnaissant de sa gentillesse et montĂ© très rapidement la tente alors qu’il commence Ă  faire nuit, puis je mange ma bolognese avec des cornettes et du fromage que je râpe avec mon mini râpe Ă  fromage. Je trouve gĂ©nial de manger cela en camping.

Je remarque le modèle suivant dans mon comportement: plus il est tĂ´t dans la journĂ©e, plus je suis rĂ©ticent Ă  demander de l’aide pour trouver une parcelle de terre oĂą planter ma tente. Et plus le soir approche avec la tombĂ©e de la nuit, moins je suis inhibĂ© par mon anxiĂ©tĂ©, la gravitĂ© de la situation grandissant.

Je fais ensuite un tour Ă  pied dans Brig, Ă  20h. Le château est illuminĂ© avec des projecteurs, montrant ses hautes tours et ses formes angulaires. On voit les silhouettes des gens qui se promènent et traĂ®nent devant les murs. C’est très joli. Je fais un tour dans la vieille ville jusqu’Ă  la gare, puis reviens. Me promener et explorer un endroit que je ne connais pas, surtout le soir, est une de mes passions prĂ©fĂ©rĂ©es.

J’ai cherchĂ© des toilettes publiques mais elles sont soit fermĂ©es, soit payantes. Je demande donc Ă  un restaurant pokebowl qui accepte. Je trouve ensuite une fontaine près de ma tente pour nettoyer mes ustensiles de cuisine. Chaque action est une difficultĂ© dont il faut trouver une solution. Ça me plaĂ®t.

Aphorisme du jour:

En parfait parallèle: ligne de chemin de fer, rivière, autoroute, ligne à haute tension, piste cyclable. On fait la course ?

Une réponse sur « Mardi 15 mars 2022 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Google Translate »